« L’équipe, forme suprême de l’oppression »

Publié le par Alq

La formule n’est pas de moi. Elle m’avait été sortie il y a une vingtaine d’années par un copain avec qui on évoquait l’esprit d’équipe dans une entreprise. Je l’avais trouvée provocatrice.

Elle a ressurgi la semaine dernière au sujet de l’équipe de France de football.

Bon, c’est vrai. J’avais promis de ne pas parler de football. Pouvais-je prévoir un tel scénario ? Je ne parle pas de la « performance » des bleus sur le terrain, mais en dehors.

L’image de ces footballeurs en basket, refusant de s’entraîner, a fait le tour du web. Décision unanime, disait-on. Puis, on a appris petit à petit que certains n’étaient pas d’accord avec ce boycott mais avaient suivi. Pas mort, Panurge !

L’équipe, forme suprême de l’oppression. Je ne parle pas du quotidien sportif (quoique Domenech pourrait reprendre l’idée).

Pour ne pas s’isoler, certains joueurs ont donc cédé à l’oppression de l’esprit d’équipe en refusant de s’entraîner. On aurait aimé que cet esprit rayonne plutôt sur le terrain. Ne rêvons pas.

Il y avait pour moi un symptôme annonciateur : quand ils descendent de leur car, avant un match ou un entraînement, avez-vous remarqué que la plupart des joueurs ont le casque sur les oreilles, branché sur leur i-pod ou leur mp3. Ils ne communiquent pas entre eux. Chacun dans son cocon.

Moi aussi, j’ai mon mp3. Mais, même dans l’ascenseur, si je ne suis pas seul, je retire mes écouteurs pour pouvoir échanger avec les autres utilisateurs, que je les connaisse ou non.

On va interdire la burka dans les lieux publics. Le nouvel entraîneur devrait faire de même avec les écouteurs. Cela obligerait déjà les membres de l’équipe de France à se parler dans le car. Du coup, il se parleraient peut-être sur le terrain…

Commenter cet article