Un(e) président(e) pour quoi faire ?

Publié le par Alq

Deux sondages successifs donnent Marine Le Pen en tête du premier tour des présidentielles et c'est panique à gauche comme à droite.

Il est vrai que si dans quatorze mois, le scrutin confirme le sondage, on fera profil bas quand on se rendra à l'étranger. Dame ! On a suffisamment sermonnés les Autrichiens avec Jorg Haïder ou les Néerlandais avec la montée de l'extrême droite chez eux.

Ceci dit, chacun sait que la fille Le Pen ne sera jamais élue présidente au second tour. Son ou sa concurrente passera haut la main.

Autre question que certains posent: quel est le programme de Marine Le Pen ?

Pour ma part, je ne demande pas à un candidat à la présidentielle d'avoir un programme. On a vu par le passé ce que sont devenues les propositions de François Mitterrand ou l'engagement de Jacques Chirac de se battre contre la fracture sociale. Encore ces deux-là ont-ils dû composer avec l'opposition en période de cohabitation.

Sarkozy n'a pas eu ce frein d'une cohabitation qui le génait. L'a-t-il pour autant appliqué ? En partie seulement. C'est le Parlement qui vote les lois et pas le président. Un Parlement que Sarkozy a bien muselé. Il ne peut donc se défausser sur les députés et les sénateurs qui l'ont empêché de faire ce qu'il voulait, même si parfois ils ont freiné des quatre fers avant de céder.

Ce que je demande à un président, plus qu'un programme, c'est des valeurs, une éthique, un rôle de rassembleur et surtout un rôle de gardien des principes de la République. Et là, Sarkozy a tout faut dès le début, du Fouquet's à Air Sarko One en passant pas son auto-augmentation de traitement et son choix de nommer lui-même les dirigeants de l'audiovisuel public.

Ce que je demande aussi à un président (ou une présidente) c'est aussi de pouvoir visiter une ville, une entreprise, sans être obligé de mobiliser policiers, gendarmes et militants UMP, c'est de ne pas avoir peur de ses administrés...

Cela doit pouvoir se faire, ou plutôt se refaire.

On ne sait jamais...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article