Sarko trahi...par lui-même

Publié le par Alq

Bon, je ne vais pas en rajouter sur les commentaires à propos de la "prestation" de Sarkozy, hier soir, en terrasse avec David Pujadas.

Deux choses ont failli me faire bondir. Je dis "ont failli" parce que connaissant le bonhomme, je ne peux pas dire que j'ai été surpris.

Nicolas Sarkozy a osé affirmer qu'il ne s'occupait pas des affaires de l'UMP et que cela relevait de Xavier Bertrand. Sans rire ?

Alors, pourquoi convoque-t-il régulièrement à l'Elysée les députés UMP ? Peut-être pour leur ré-affirmer son respect de la séparation des pouvoirs...

A quand une telle réunion avec les députés P.S. ?

Deuxième point qui m'a chatouillé et a été peu repris par les commentateurs: pour prouver sa "neutralité", M.Sarkozy s'est appuyé sur la nomination du socialiste Didier Migaud à la présidence de la Cour des comptes, et de M.Cahuzac, autre socialiste, à la présidence de la commission des finances de l'Assemblée nationale. "Contre l'avis de mes amis", a-t-il insisté.

Et personne ne bronche !

D'une part, le président de tous les Français n'a pas à avoir d'amis pour le guider, éventuellement des conseillers.

Mais, surtout, le président de la commission des finances de l'Assemblée nationale est choisi par les députés. En reprenant à son compte la nomination de M.Cahuzac, Sarko s'est trahi. Il interfère bien, non seulement dans l'organisation de l'UMP (en dictant aux députés de la majorité de voter pour un socialiste) mais surtout dans l'organisation de l'Assemblée nationale (pouvoir législatif) alors que lui représente le pouvoir exécutif.

Encore un coup de canif dans le sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs, et ce n'est pas le dernier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article