Le R.S.A. spécial de Wauquiez

Publié le par Alq

A se demander sir les députés lisent bien les textes des projets ou propositions de loi qu'ils adoptent !

Prenons le R.S.A. Martin Hirsch a dû batailler ferme pour faire passer sa loi. Pour faire court, le R.S.A. se distingue du R.M.I. sur deux points:

Le bénéficiaire du R.S.A. est encouragé à reprendre le travail. Même si les revenus de son emploi salarié sont minimes, il y gagnera de toute façon. Le R.S.A. lui apportera un complément de revenus, ce qui n'était pas le cas avec le R.M.I.

Ensuite, le bénéficiaire du R.S.A. qui n'a aucune activité salariée doit être accompagné par Pôle emploi au lieu de rester chez lui les bras croisés devant la télévision. Pôle emploi doit l'aider à trouver soit un emploi, soit une formation pour le remettre en selle.

Mais, Pôle emploi est déjà complètement débordé et l'accompagnement qu'il doit assurer auprès des bénéficiaires du R.S.A. est insuffisant.  Or, les associations de réinsertion sociale savent très bien qu'un accompagnement en bonne et du forme permet à une personne sur deux de retrouver un emploi, comme l'affirme cette officine gauchiste qu'est le Secours catholique.

Une autre personne sait cela aussi bien que les autres, c'est Laurent Wauquiez, ex-secrétaire d'Etat à l'emploi, et concepteur de cette usine à gaz qu'est devenu Pôle emploi. Plutôt que d'assumer ses responsabilités, il prèfère s'en prendre à ces fainéants de bénéficiaires du R.S.A. qui sont tous des assistés. Un des arguments de campagne de la "droite décomplexée". 

A propos, quand il faisait la manche auprès des chefs d'entreprise français installés à Londres pour décrocher quelques chèques pour son mini-parti politique, M.Wauquiez ne faisait-il pas, lui aussi, figure d'assisté ? S'il avait suffisamment de militants dans son mouvement, il n'aurait pas besoin de cet autre R.S.A.: le Revenu de Substitut aux Adhésions !

Commenter cet article