La niche ou le bouclier

Publié le par on-ne-sait-jamais.over-blog.com

« Le bouclier est l'arme défensive la plus ancienne et destinée à parer une attaque. Il connaît de grandes modifications (…) s'adaptant aux avancées technologiques ou tactiques afin d'assurer une protection optimale au combattant. Chaque fois qu'une nouvelle arme au potentiel létal plus important était introduite, le bouclier voyait son épaisseur ou la qualité de ses matériaux accrue. » (source wikipedia)

Un bouclier protège donc un combattant victime d’une attaque.

Le bouclier fiscal est donc censé protéger des combattants victime d’une attaque. Quelle attaque ? L’impôt. Donc l’impôt est une arme contre laquelle on va protéger certains combattants. Pas tous ! Ceux qui le méritent. Ceux qui pourraient peut-être investir dans l’industrie s’ils n’étaient pas menacés. Et on va augmenter l’épaisseur du bouclier pour mieux les protéger.

On connaissait le bouclier fiscal. Et voilà que Christian Estrosi nous invente le bouclier industriel « au service de la France des usines et de l’emploi industriel ». Brave bouclier qui va donc protéger aussi nos chômeurs !

La France reste la première destination des investissements étrangers en Europe. Cette situation ne date pas de l’instauration du bouclier fiscal. Les conditions fiscales de ces investissements ont toujours  fait l’objet d’aménagements particuliers qui dépassent de très loin les avantages du bouclier fiscal réservés aux seules personnes physiques

Comme le souligne Pierre-Marie Vidal dans « Acteurs publics » : « une mesure fiscale a rarement provoqué l’investissement ou la création d’emploi de façon pérenne là où la situation économique ne le justifiait pas. À chaque fois que l’État a agi ainsi, il a dû, par la suite, pour transformer l’effet d’aubaine en semblant de réussite économique, créer une niche fiscale. L’ensemble de ces niches formant aujourd’hui un écheveau bien plus coûteux budgétairement que le seul bouclier fiscal ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article