Guéant, l'hyper-ministre

Publié le par Alq

Moi, je serais Xavier Bertrand, ou Christine Lagarde, ou même Eric Besson, je volerais dans les plumes de Claude Guéant.

De quoi je me mêle ?

Il est ministre de l'Intérieur. Que sait-il des besoins de l'économie en matière de maçons, de serveurs de restaurant ?

Sait-il ce qu'est un métier en tension ? On espère que oui. C'est un métier pour lequel on ne trouve pas de candidats. Soit parce qu'il n'y a pas de gens assez formés, soit parce que les employeurs ne savent pas attirer les candidats.

"Je constate que nous avons en France 2 650 000 demandeurs d'emploi", ajoute-t-il. Précisons au passage qu'il limite ses chiffres à la catégorie A de Pôle emploi. La réalité des choses est plus proche de quatre millions.

Surtout, on a l'impression de relire Le Pen dans le texte.

C'est si vrai que le sinistre de l'Intérieur se sent obligé de préciser qu'il ne reprenait pas les idées du Front national.

Et tant pis si les les économistes, les démographes et même le patronat rappellent que l'économie a besoin de l'imigration. C'est vrai que ces gens là ne se présenteronts pas aux élections l'an prochain.

Commenter cet article