Et si l'on notait les agences de notation !

Publié le par Alq

Elles s'appellent Fitch, Standard & Poors  Moody's. Elles ne s'intéressent ni à vous ni à moi. Nous ne sommes pas assez riches.

Elles évaluent la capacité de remboursement des entreprises et des états. Plus la note est basse, plus les taux d'intérêts montent quand on veut emprunter. Ces agences se sont illustrées lors de la crise des subprimes en ne voyant rien venir, pire en donnant une bonne note à des fonds pourris.

Surtout, elles ont un pouvoir de nuisance phénoménal en notant les états. La Grèce et l'Irlande en ont fait les frais. Aujourd'hui, c'est la Tunisie.

Ben tiens, le dictateur parti, on n'est pas sûr que l'ordre va à nouveau régner. Pour ne pas prendre de risque, on dégrade donc la note de la Tunisie.

Et tant pis si la dette de ce pays est faible: son pourcentage par rapport au produit intérieur brut est la moitié de celui de la dette de la France !

Tant pis si la révolution tunisienne s'est faite dans le calme avec une armée qui a joué la république contre la dictature. Tant pis, si la Tunisie n'a jamais eu besoin de l'aide du Fonds monétaire international. Tant pis si son économie est saine (et le sera encore plus dégagée de l'emprise de la mafia Ben Ali). Tant pis si le niveau de formation est bon.

Une agence de notation ne va pas prendre de risque.

Et nous que pouvons-nous faire pour aider la Tunisie ? Bonne idée de Bernard Guetta, ce matin sur France-inter: y aller en vacances pour aider l'activité touristique à reprendre après la révolution.

On a connu des actes citoyens plus rebutants!

Commenter cet article