...et les bonnes soeurs trotskistes ?

Publié le par Alq

"Encore un coup des bonnes soeurs communistes", me disait Charles, chaque fois que quelque chose n'allait pas.

C'était sa blague préférée. C'était il y a trente ans.

Charles était ouvrier du livre. Ancien linotypiste, il saisissait désormais les textes à paraître sur un clavier informatique avec un codage à respecter pour la mise en forme.

Et quand le résultat n'était pas au rendez-vous, Charles était malheureux parce qu'il avait le goût du travail bien fait. Alors, il renvoyait la responsabilité aux bonnes soeurs communistes.

Charles a disparu, les bonnes soeurs communistes aussi.

Mais voici qu'on nous ressort les trotskistes, seuls responsables dans l'affaire Woerth-Bettencout. Du moins si l'on en croît Frédéric Lefèbvre, porte-parole de l'UMP qui se prend pour Zola.

On a envie de lui renvoyer du Rostand: "C'est un peu court, jeune homme!".

On se doute bien que c'est pas chez ce porte-parole qu'on va trouver une once de réflexion.

Par contre, parue dans Le Monde de samedi, une tribune co-signée par des sociologues et un avocat, dont je tire cette phrase: "Entre les diverses fractions de la bourgeoisie, les hauts fonctionnaires comme les professionnels de la politique effectuant des aller-retour entre l’État et les affaires, un entre-soi est cultivé. Il n’y a point là de complot, seulement des évidences partagées dans des formes de vie plus ou moins communes. Une disposition à se sentir à la bonne place, à se croire autorisé à…"

Et ces gens-là se trouvent très surpris quand on leur demande de se justifier. Ils ne touchent plus terre.

Il ne peut y avoir que les bonnes soeurs trotskiste pour leur chercher des noises...

Pour retrouver la tribune complète

http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article360

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article