De prime abord, c'est du bidon !

Publié le par Alq

Quand une société verse des dividendes à ses actionnaires, les salariés ne doivent pas être oubliés.

Il y a deux ans, Sarkozy avait même prôné la règle des trois tiers sur l'utilisation des bénéfices: un tiers pour l'investissement, un tiers pour les actionnaires, un tiers pour les salariés.

Il vire à gauche, je vous dis, il vire à gauche !

Ou plutôt, il virait...à la démagogie.

Résultat des courses: en une semaine, on a beaucoup parlé de cette prime aux salariés. Mercredi, c'était une prime de 1000 euros aux salariés des entreprises versant des dividendes (François Baroin). Dimanche on apprenait que cette prime ne concernerait que les entreprises dont les dividendes progressent (Xavier Bertrand). Lundi, il ne s'agissait plus que d'exonérations sur les primes versées aux salariés, leur montant étant laissé à la discrétion des entreprises (Christine Lagarde).

On creuse encore un peu dans la proposition de loi déposée il y a cinq jours: les entreprises sont simplement tenues de présenter "pour information" au comité d'entreprise leur politique en matière de dividendes. Et cela uniquement pour celles dont l'assemblée générale sera postérieure à la promulgation de la loi.

Résumons donc:

Avec les délais d'examen de la loi, la plupart des grosses sociétés auront tenu leur A.G. et ne seront donc pas concernées cette année.

Celles qui auront traîné ne seront tenues que de présenter, pour information (et pas pour avis)  les chiffres des dividendes, sans obligation de les répartir aussi envers les salarés.

Celles qui auront traîné et dont les dividendes ne seront pas en hausse n'auront même pas à faire cette présentation.

Exemple donné par Rue89: Total, plus grande entreprise du CAC 40, plus de dix milliards de bénéfices en 2010, va en reverser la moitié aux actionnaires. Mais, le dividende sera de 2,28 euros par action, soit exactement le même que l'an dernier. Total n'est donc pas concerné par la future loi.

A moins d'un geste de bonne volonté du Conseil d'administration envers les salariés.

On ne sait jamais...

Commenter cet article