Clavel iconoclaste

Publié le par Alq

Bernard Clavel vient de mourrir.

Je l'ai rencontré à l'automne 1973. Venu dédicacer son roman "Le silence des armes", il avait accepté de passer la soirée avec quelques étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille. En partageant la pizza dans la colocation que je partageais, il a répondu à toutes nos questions.

Trente-sept ans ont passé. Mais, je me souviens de deux choses.

Bernard Clavel n'était pas fier de tout ce qu'il avait fait dans la Résistance. Les héros peuvent être par moment des salauds.

Le principal reproche qu'il faisait aux guerres, c'était de laisser des anciens combattants. Les héros peuvent souvent  être des donneurs de leçons.

Iconoclaste ?

Peut-être. Mais, lui il savait de quoi il parlait. C'était du vécu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article