Austérité ? Le mot, non, la chose oui

Publié le par Alq

Entendu dernièrement à la radio Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie.

Je sais, vous allez me dire, l'économie n'est pas une science exacte, alors un prix Nobel...

Soit ! Mais, Nicolas Sarkozy s'est vanté d'avoir pris conseil de Jospeh Stiglitz.

Or, que disait ce Nobel ? Que l'austérité n'est pas la bonne solution. Il la compare à la saignée pratiquée jadis par les médecins. On pensait que les humeurs malignes étaient dans le sang, on saignait alors les malades ce qui ne faisait que les affaiblir un peu plus.

Et Jospeh Stiglitz de dire qu'il en est de même avec les finances de l'Etat. Si on réduit ses dépenses, on réduit les investissements publics. On saigne donc les entreprises du bâtiment, des travaux publics etc.

Sarkozy a écouté, en partie, M.Stiglitz. Il refuse l'austérité, le mot s'entend, pas la chose. Il a tapé sur les doigts de Christine Lagarde pour l'avoir prononcé.

Cela ne l'empêche pas de faire la chose.

Dernier exemple en date: une taxe de 2% sur les logements HLM. Soit 340 millions en moins pour les organismes sociaux, donc 60 000 logements sociaux qui ne seront pas construits dans les trois ans qui viennent. Et les répercussions qui s'ensuivent sur l'emploi dans les entreprises.

Il n'y avait pas moyen de faire autrement ?

A voir ! Le bouclier fiscal, c'est 679 millions qui ne rentrent pas dans les caisses de l'Etat. Et ce ne sont pas les locataires HLM qui en ont profité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article